General

Pillage et incendies: La Guadeloupe secouée par des scènes de violence

Depuis Jeudi, les nuits se suivent et se ressemblent, en Guadeloupe. Le département français d’outre-mer est secoué par des scènes d’une rare violence commises par des émeutiers.
La mobilisation a été lancée il y a cinq jours par un collectif d’organisations syndicales et citoyennes pour protester contre le passeport sanitaire et l’obligation vaccinale des soignants contre la COVID-19.
Après une nuit de jeudi à vendredi particulièrement violente, les écoles étaient restées fermées vendredi et, en raison de très nombreux barrages routiers, l’activité tourne au ralenti.
Dans la nuit de vendredi à samedi, alors qu’un couvre-feu avait été instauré entre 18 h et 5 h, des pharmacies et des commerces de téléphonies ont notamment été visés.
Les blocages ont continué samedi après cette nuit de pillages et d’incendies. Des policiers et gendarmes ont été visés par des tirs, faisant un blessé léger.
L’annonce de l’arrivée, dans l’archipel, de renforts du RAID et du GIGN n’a pas apporté le calme.
Pour la troisième nuit consécutive, des bandes d’individus s’en sont pris à des commerces et ont tenu le siège, sur les barrages enflammés qu’ils ont érigé, un peu partout dans l’archipel guadeloupéen.
Au petit matin, ce dimanche, les stigmates de cette nuit agitée témoignaient de l’agitation qu’il y a eu : barrages fumants et déchets de toutes natures jonchant les rues.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

Back to top button